Accueil > Autobiographie

Autobiographie

« Je suis né, je mourirai »

(1ère partie)

« Je suis né, je mourirai ».
La formule est commode : elle permet la plus courte bio du monde !

Cette citation, d’une rédaction d’un élève de primaire, résume en quelle estime je tiens ce qu’on appelle, pompeusement, la bio d’un chanteur.
Ca commence mal !

Je veux bien que la biographie d’un auteur dont l’œuvre est conséquente soit un outil de premier ordre.
Il n’est pas indifférent de savoir, par exemple, que le beau-père de Beaudelaire, le Commandant Aupick, était une ordure de première classe. L’existence de ce militaire a probablement influencé durablement l’enfance et l’adolescence du petit Charles, puis son œuvre.

Pour être clair, disons qu’une biographie n’a d’intérêt que si l’œuvre de l’auteur est signifiante.

Mon œuvre est-elle signifiante ? Je n’en sais rien.
Ce que je sais, en revanche, c’est que la bio d’un chanteur doit faire 25 lignes maximum pour être lue en diagonale par des présentateurs pressés, ou des journalistes en mal de copie.
Ce qu’on lira ici ne répond pas à cet impératif.

Je m’en tiendrai donc, pour les gens pressés, à la citation du début : « Je suis né, je mourirai »

AVERTISSEMENT

Dans les pages qui suivent on s’étonnera, peut-être, de ne trouver aucunes allusions à ma vie privée…
Ou si peu. C’est que justement, elle est privée. Mais qu’on se rassure : j’en ai bien une ! Celles et ceux qui la partagent n’en prendront pas ombrage : ils savent ce que je pense de ceux qui étalent ça au grand jour.

Mais sans elles et sans eux, toute cette histoire n’aurait pas existé. Evidemment.

Plan du site - Mentions légales